r

r
Ce blog n’est pas rosicrucien, martiniste ou maçonnique, mais s'intéresse à ces trois courants initiatiques et traditionnels.

mercredi 25 octobre 2017

Agartha et Roi du Monde


L'histoire de l’humanité que nous connaissons ne représente qu'une seconde sur l'échelle de la cosmogonie. Quels sont les évènements, les civilisations qui ont précédés cette seconde ?

Notre modestie d'Homo Sapiens dusse-t-elle en souffrir, nous venons juste d'apparaître sur la montre de Chronos, mais qu'est-il advenu de nos prédécesseurs car statistiquement comment pourrions-nous être les premiers et les seuls ? Les Atlantes, les Lémuriens et bien d'autres nous ont précédés.

Sont-ils partis à la conquête d'autres planètes après avoir épuisés les ressources de la Terre ?
Ont-ils tous disparus suite à un cataclysme naturel, suite un cataclysme nucléaire ?
Certains sont-ils encore parmi nous ? Ou se seraient-ils réfugiés ?
Dans les entrailles de la Terre ? Après tout la Terre est notre maison, pourquoi vivre sur le toit de la maison plutôt qu'à l'intérieur ?




Jules Verne n'est pas le seul à nous parler de ce monde sous-terrain dans plusieurs de ces ouvrages. Mais il nous a parler aussi des voyages lunaires, des sous-marins et bien d'autres sujets avant leurs arrivées. Pourquoi se serait-il trompé sur ce sujet ?


 
Bien d'autres personnages partagent l'idée que notre terre serait creuse, je vous laisse faire vos propres recherches.


Il est à noter que l'existence de « royaumes souterrains » est partie intégrante de nombreuses croyances religieuses, comme les Enfers de la mythologie, le Svartalfheim des Scandinaves ou l'Enfer chrétien. La notion de monde souterrain est aussi ancienne que répandue. Elle est présente dans les écrits culturels et religieux de l'Égypte et de la Grèce antiques.
Étrangement, des parallèles peuvent être établis entre la notion de Terre Creuse et les traditions mystiques orientales. En particulier, la notion bouddhiste de Agharta, qui suppose un monde souterrain et mystique existant depuis l'aube de la préhistoire. Selon la tradition bouddhiste, le Royaume d'Agharta, est réputé pour être un lieu de paix et tranquillité dont les habitants, au nombre de plusieurs millions, ont atteint un haut degré d'accomplissement scientifique.
Le monde souterrain serait d'une beauté surprenante, avec des soleils intérieurs, des lacs, et des palais de cristal pur. Des émissaires de confiance effectueraient des missions à la surface pour aider l'Humanité à s'élever à un état supérieur de conscience spirituelle.
Les lamas connaissent l’Agartha et sa capitale Shambhala. Nul ne peut y pénétrer s’il n’y a pas été invité, ou si son karma n’est pas prêt pour cela. Les lamas en protègent l’entrée sacrée.
En 1880, selon les déclarations des Indous, le Roi du Monde aurait fait une prophétie quand il est apparu au monastère de Narabanchi :" Les peuples d'Agartha sortiront de leurs cavernes et apparaîtront à la surface de la terre."

En Amazonie les aborigènes affirment qu'il y a tout un monde à l'intérieur de notre planète.
Les Indiens Macuxi sont des Indiens vivant en Amazonie, dans des pays comme le Brésil, la Guyana et le Venezuela. Selon leurs légendes, ils sont les descendants des enfants du Soleil, le créateur du feu,  de la maladie, et de la protection de la Terre intérieure.  

On sait qu’il existe beaucoup d’entrées disséminées partout sur la planète, beaucoup de noms circulent : Cueva de los Tayos, Équateur - Désert de Gobi, Mongolie - Grotte de la sibylle de Colchide, mont Atlas, Géorgie - Grotte de la sibylle de Cumes près de Naples, Italie - Chutes d'Iguaçu, Argentine - Mammoth Cave, Kentucky, États-Unis - Mato Grosso, Brésil - Mont Epomeo, Italie -  Uluru (Ayers Rock) Australie - Bugarach (Aude) France - Grottes (Ngog Lituba) Cameroun etc…




D’ailleurs, il n’y a pas que notre planète qui serait creuse, notre Lune le serait, et toutes les planètes dans l’univers le seraient également !


Alors que tous les yeux sont tournés vers l’espace à la recherche de vie extraterrestre ou d’exoplanètes habitables, des écosystèmes entiers restent inexplorés, tout près de nous, là, sous nos pieds et au fond des océans.
Découverte d’une porte secrète, entrée du monde inconnu de la terre creuse…?
Cette pierre gravée, a été faite par les Mayas, et a été trouvée, avec beaucoup d’autres, sur le site de  Calakmul, il y a environ 80 ans selon l’INAH (l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire) du Méxique.
La représentation parle d’elle même, on y voit clairement des vaisseaux entrer et sortir de la Terre représentée creuse, la Lune y est même représentée à l’échelle pour que cela soit bien clair pour celui qui contemplerait cette œuvre.



Dans de nombreux enseignements traditionnels, on admet l’existence d’une Société d’Initiés qui, d’un Centre mystérieux, règle les destinées du monde. Ce centre, selon les traditions, se nomme :
  • Shamballah
  • Grande Loge Blanche
  • Le Saint Empire
  • Le Collège de la Lumière
  • La Cité du Soleil
  • Royaume du Prêtre Jean
  • Centre du Monde
  • Nouvelle Atlantis
  • Macaria
  • Ville Sainte Universelle
  • L’Agartha.
et les êtres qui peuplent le Centre sont désignés sous différents vocables :
  • Moines blancs
  • Très Sages
  • Compagnons de la Tour
  • Pères du désert
  • Esychastes
  • Frères aînés
  • Maîtres spirituels
  • Sages de Sion
  • Maîtres invisibles
  • Jardiniers d’Elzbethstein
  • Maîtres du Monde
  • Supérieurs inconnus.
Le Très Haut Dignitaire est ainsi désigné :
  • Prince du Royal Secret
  • Melchisédech
  • Makarie
  • Le Roi du Monde.
     
Il existeraient plusieurs entrées permettant d'accéder à ce monde.


Papus disait, il y a cent ans : « Existe-t-il en Europe des Maîtres Véritables, à côté, en dehors ou au dedans de centres initiatiques ? A cette question, je répondrai par l’affirmative. » (1)


QUELLE EST CETTE SOCIETE DE HAUTS INITIES.

Gustave Meyrink, dans un extrait du « Dominicain blanc », dit que depuis des temps immémoriaux, il existe sur la Terre un groupe d’hommes qui régit la destinée des hommes et que, pour soulager le fardeau sous lequel l’humanité soupire, la BEAUTE sera désormais le seul dieu auquel l’humanité devra adresser ses prières.
Goethe nous parle d’une société secrète initiatique, à caractère pédagogique et social, « La Société de la Tour ». Elle est simplement la préfiguration d’une Obédience maçonnique idéalisée (2) ; cérémonies occultes, grades initiatiques, ubiquité dans l’action où tout porte mystère. Il s’agit non seulement d’un ordre, mais d’une société universelle qui mène le monde.
Arrêtons-nous un peu sur la Synarchie (3)
Cette dernière est assimilée à une Loge maçonnique et son initiateur, Joseph Alexandre Saint Yves, marquis d’Alveydre (1842-1909), est un des auteurs qui ait évoqué clairement la légende du Roi du Monde et consacré un ouvrage au Centre Initiatique qu’il appelle « L’Agartha ». Pour confirmer cette thèse, citons Lucius Amplius, écrivain du IIIème siècle et auteur d’un « Liber mémoralis » dont on retrouve trace à Leyde en 1638, qui fait état d’une cité appelée « Agartus », près du Nil.
Bô Yin Râ (4) postule l’existence d’une « Grande Loge Blanche »
« Cénacle des Auxiliaires Spirituels » qui représente l’union la plus singulière qui soit sur cette planète. Les membres de cette « Un-Ion » ne se rapprochent corporellement les un des autres que très exceptionnellement, et cependant, leur contact spirituel est ininterrompu.

La Franc-maçonnerie du XVIIIème siècle, Les Rosicruciens, les Martinistes parlent de « Supérieurs Inconnus ».
Qui furent-ils, puisqu’ils sont inconnus ?
Ce qui est sûr, c’est que dans cette légende qui donne lieu à de nombreuses controverses, se retrouve toujours l’image d’Initiés ayant atteint un tel degré de réalisation spirituelle qu’ils sont devenus capables de savoir ce qui convient aux individus et aux sociétés.
Vers 1800 surgit, ou resurgit, d’après Jacques Bergier et Louis Pauwels dans « Le matin des magiciens » (5), une société initiatique strictement fermée « La Fraternité Hermétique de l’Aube d’Or ». Ses membres sont limités à 144, tous Maîtres Maçons, et que les vrais chefs sont les Supérieurs Inconnus.

Notons que l’Ordre Martiniste appelle ses membres :

  • Supérieur inconnu, au troisième degré
  • Supérieur inconnu initiateur au quatrième degré

LE ROI DU MONDE

On retrouve le « Roi du Monde » (6) dans de nombreuses civilisations. Il se tiendrait à Agartha, Centre Suprême, appelé « Le Pôle » par René Guénon.
Le Roi du Monde est associé à Melchisédech, personnage biblique, à la fois prêtre et Roi de Salem, et apparaît dans la Genèse pour bénir Abraham. Il est le Roi du Monde, le Prêtre Jean, le Châkrânarti de l’Inde védique.
Dans l’épître aux Hébreux (V, 9-10), il est dit : « Tout fils qu’il était (le Christ), il fut proclamé par Dieu « Grand Prêtre de l’Ordre de Melchisédech ».
Dans Genèse XIV, 18 et Hébreux V, VI, VII...il est soutenu que Melchisédech était l’envoyé de l’Agartha.
Les prêtres catholiques et orthodoxes sont ainsi ordonnés : « Tu est sacerdos in æternum, secundum ordinem Melchisédech ».

L’AGARTHA

Agartha traduction d’un terme du bouddhisme mahayana, il désigne le royaume souterrain situé au centre de la Terre (peut-être au Tibet), où règnerait le Roi du Monde.
Selon les auteurs, il est réel ou symbolique. Il semblerait que ce centre de la Terre, l’Agartha, se présente comme le centre du Monde, sans limitation géographique. Il répond donc à une réalité universelle, voire la « Ville Sainte Universelle ».
De fait, il semble bien que le symbolisme hyperboréen de la ville de Thulé et celui de Luz, la Ville Bleue chez les Hébreux, soient encore des images de la même nostalgie : celle de la Grande Cité Inaccessible, où les hommes vivaient en amitié avec les dieux.



Tous les livres sacrés, depuis des temps immémorables, ont précisé que nos récentes civilisations ont été précédées par une civilisation apportée par des « extra-terrestres », grands, blancs à la chevelure claire. Les pyramides d'Egypte, la « pampa » des Andes Péruviennes à Nazca, le trident de 250 m de haut dans la baie de Pisco, le calendrier de Tianhuanaco et toutes les gravures murales représentant des aéronautes, ainsi même que les écrits bibliques nous mettent devant un fait inéluctable.
Est-ce là la réalité ancienne, ayant imprimé nos chromosomes au point d’avoir des réminiscences porteuses d’images, au fil des siècles, qui font apparaître nos Initiateurs Primaires comme des Supérieurs Inconnus ?


Force est de constater que notre Histoire sociale et religieuse est trafiquée depuis des millénaires. Rappelons-nous seulement de Galilée « Eppur se mueve » en parlant de la Terre, de toutes ces bibliothèques pillées et brûlées où tout le passé de l’humanité sombra dans des brasiers.
Mais, recentrons-nous sur le mythe cabalistique d’une puissance souterraine régnant clandestinement sur la société, souterraine ou même sous-marine. Ce mythe, vieux comme le monde prit-il corps par opposition aux cités célestes, séjour des dieux ?

Dans le mystère de l’Agartha, les occultistes reconnaissent volontiers la symbolique des entrailles de la mère, de la caverne et de la grotte initiatique, tout comme la Franc-maçonnerie avec l’épreuve de la Terre.
Pour ceux à qui cela parle, rappelez-vous :
Le cabinet de réflexion, V.I.T.R.I.O.L., Tubal-Kaïn, la caverne, la voute sacrée ...


Ne faudrait-il pas voir dans la légende de l’Agartha, le mythe du paradis perdu, de l’homme déchu cherchant à se recentrer ?
L’Agartha, le Roi du Monde, c’est peut-être, alors, la Quête du Graal, la recherche de ce qui a été perdu auquel la Franc-maçonnerie participe activement.

« Visite l’intérieur de la terre et, en rectifiant, tu trouveras la pierre cachée »


(1) - « Traité élémentaire des sciences occultes », 5° édition (Paris – Chanel 1888). PAPUS (Docteur Gérard ENCAUSSE, né le 13/07/1866 à La Corogne (Espagne) et décédé le 25/10/1916.
(2) - Structure participant à la fois des Templiers et de la Rose-croix, de la Franc-maçonnerie et de la Confrérie Mystique du Saint Graal. Société d’élus hauts initiés perpétuant un message sacré.
(3) - La Synarchie, pendant la deuxième guerre mondiale, a été désignée comme la plus secrète et la plus nocive des loges maçonniques.
(4) - Nomen mysticum de Joseph Scheiderfranken, né en 1876 à Aschaffenburg.
(5) - « Le matin des magiciens », collection « Folio », Editions Gallimard, 1960, page 337 du numéro 129.
(6) - « Le Roi du Monde » de René Guénon, d’après une publication de « La mission de l’Inde en Europe », de Saint Yves d’Alveydre et de celle de « Bêtes, hommes et dieux », de Ferdinand Ossendowski.


Thierry Ronat


mercredi 27 septembre 2017

Salon Lyonnais du Livre Maçonnique 2017

Ouvert à tous, le Salon Lyonnais du Livre Maçonnique est organisé par les Francs-Maçons lyonnais, hommes et femmes, appartenant à différentes obédiences.
Depuis sa première édition, en 2009, il s’est donné trois objectifs :

  •   Faire connaître les valeurs de la Franc-Maçonnerie universelle au travers de son patrimoine littéraire.
  •  Démontrer la diversité et la richesse des principales obédiences françaises en présence de leurs membres.
  •  Accueillir, renseigner, conseiller les publics intéressés par la Franc-Maçonnerie.
Ouvert à toutes et tous, entrée gratuite.

Thierry Ronat
https://www.facebook.com/events/120865561945535/?acontext=%7B%22ref%22%3A%223%22%2C%22ref_newsfeed_story_type%22%3A%22regular%22%2C%22feed_story_type%22%3A%22117%22%2C%22action_history%22%3A%22null%22%7D

vendredi 15 septembre 2017

Les Rites Égyptiens : de Cagliostro aux fils d’Alexandrie


2e rencontres de la tarente

Les Éditions de la Tarente vous convient à une journée de rencontres et d’études sur le thème des Rites Égyptiens. La journée du samedi 4 novembre 2017 s’articulera autour de quatre conférenciers qui ont une grande connaissance de la Maçonnerie Éyptienne. 

Serge Caillet et Rémi Boyer nous ont fait l’honneur de participer aux premières rencontres des Éditions de la Tarente. Il revienne cette année accompagnés de deux nouveaux intervenants.
Tout d’abord Bernadette Cappello, passée grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine de Memphis Misraïm nous contera l’histoire de la GLFMM. Et Denis Labouré, astrologue et fin connaisseur de la maçonnerie égyptienne nous parlera de Cagliostro. 
Un modérateur de choix viendra animer cette journée : Robert Guinot, passé président du Conseil national de la LNF. Car s’il pratique aujourd’hui le RER, il n’en est pas moins né au rite de Memphis-Misraïm. 
C’est à un véritable échange auquel nous vous convions car toutes les conférences seront suivies du traditionnel questions/réponses avec les participants.

SAMEDI 4 NOVEMBRE 2017 - DE 9H À 18H - LE MORRISON À GÉMENOS

INFOS - RÉSERVATION : reservations@latarente.com

 

Programme

  • 09h00 — Accueil
  • 09h30 — Introduction de Robert Guinot (Passé Président du Conseil National de la Loge Nationale Française)
  • 09h45 — Denis Labouré : Cagliostro et ses pratiques
  • 10h45 — Pause
  • 11h00 — Rémi Boyer : Les Arcana Arcanorum : démystification et réenchantement
  • 12h00 — Question réponse sur les 2 interventions de la matinée
  • 12h30 — Pause Déjeuner
  • 14h00 — Bernadette Cappello : Histoire et féminité au sein des rites égyptiens
  • 15h00 — Pause
  • 15h15 — Serge Caillet : Les fils d’Alexandrie : ces hommes qui ont fait les rites égyptiens au XXe siècle
  • 16h15 — Question réponse sur les 2 interventions de l’après-midi
  • 17h00 — Synthèse par Robert Guinot
Thierry Ronat

dimanche 3 septembre 2017

Martinisme et martinsime, le juste milieu



Le site du Philosophe Inconnu fait sa rentrée avec une mise en ligne de deux articles de fond qui ne manquera pas de secouer un peu le landernau des martinisants, quelque peu asphyxié par diverses défluviations bien éloignées du juste milieu.



Accès direct : ICI





 Accès direct : ICI

Avec l'objectivité et la rigueur que nous lui connaissons, sans prétendre être un donneur de leçon mais avec objectivité, Dominique Clairembault s'attache à nous présenter de textes
qui n’écorcheront que la susceptibilité des "Compagnons de la cacophonie".

samedi 19 août 2017

La géographie sacrée de la France - Partie 2


La Terre est parcourue par des lignes imaginaires qui sillonnent le globe  : Les parallèles et les méridiens. Intéressons nous particulièrement aux méridiens qui traversent la France :
Méridien zéro, méridienne verte, méridien de Saint-Sulpice, méridien de Bourges, méridien de Paris, la Rose-Ligne sont autant de lignes virtuelles que le grand public ne connaît pas ou mal.


Aucune communication sur le sujet car on touche à la géographie secrète et sacrée de la France. L'observation des lieux sacrés partout sur la planète (mégalithes, monuments, ouvrages de terre, lieux de cérémonie) révèle qu'ils ne sont pas situés au hasard, mais sur des lignes géométriques précises.

La Terre est tissée d'un réseau de ces lignes qui sont les manifestations physiques de flux énergétiques. Les réseaux Hartmann et Curry, se présentent identique à un treillis de carrés entrelacés de "champs énergétiques" différents, "les réseaux telluriques" comme les lignes de Ley.
Les peuples anciens détenaient la connaissance de ces flux et l'ont imprimée dans le paysage. Pour nous ce fut principalement les Celtes, beaucoup de monuments religieux ont repris ces emplacements. Les indigènes actuels d'Australie et d'Amérique du Sud ne l'ont pas oublié.

La France est souvent appelée Hexagone, car le territoire peut-être assimilé à un polygone à 6 côtés d'où son nom. Mais très peu connaissent les véritables raisons qui sont historiques et sacrées.

Notre territoire respecte une géométrie très particulière balisée depuis très longtemps. Pour s'en convaincre, il suffit de dessiner le VRAI hexagone, celui qui est centré sur la plus grande pyramide de France, celle de Saint-Amande-Montrond et qu'on oriente l'hexagone sur le méridien, la capitale Paris trouve alors une place singulière : Paris est à la croisée du méridien secret et d'une parallèle calées sur l'hexagone.

La connaissance de la géométrie sacrée nous viendrait d’Égypte, par les rois Mérovingiens qui seraient de descendance égyptienne. Cette connaissance sera transmise jusqu'au Templiers, voir l'implantation de leurs commanderies. Ensuite cette connaissance sera conservée dans dans cercles initiés. 

Les abbayes cisterciennes ont été placées sur des tracés prédéfinis. Ces tracés sont tous des étoiles de David qui sont obtenues en traçant des lignes entre les différentes abbayes. Personne ne sait comment ces tracés ont été créés.  Idem pour les cathédrales ainsi que d'autres monuments.



Je vous invite à faire vos propres recherches sur la géographie sacrée concernant, l'implantation des bâtiments et monuments importants des grandes villes du monde : Paris, Washington, Londres ...
 
Vous trouverez dans le lien ci-dessous un cas très concert.
par Christophe de Cène 

Thierry Ronat







lundi 24 juillet 2017

La géographie sacrée - partie 1

« Tout dans la vie n'est qu'énergies et vibrations »
(Albert Einstein)

Tout est Un, tout est vibration et tout est en résonance, tout est relié comme nous l'indique la célèbre loi de la table d'émeraude d'Hermès Trismégiste : « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ».

Les Égyptiens avaient bien intégrés cette loi. Leurs constructions importantes étaient alignées sur les étoiles fixes. Lorsque avec le temps un décalage apparaissait, ils détruisaient leurs temples et les reconstruisaient un peu plus loin sur le nouvel alignement afin d'être relié, en résonance avec les étoiles fixes. 

La géométrie est une science mathématique qui étudie les relations entre points, droites courbes, surfaces et volumes de l’espace mais lorsque l’on y ajoute la conscience et l’ouverture du cœur elle devient Sacrée. Elle est une source d'information appartenant à l'humanité que nous avons oubliée, résidant dans notre subconscient.

La géométrie sacrée désigne l'art de communiquer la sagesse divine par l'intermédiaire de figures géométriques ayant valeur de symboles. Il s'agit d'un art souvent pratiqué à travers les siècles, presque comme un langage réservé aux initiés. On considère que cette forme d'expression se place au-delà de la compréhension des mortels, comme une approximation du sacré et du profane.

Cet ancien langage secret a été utilisé en particulier par les philosophes grecs et les mathématiciens, Platon ou Pythagore, par exemple. Un des dialogues de Platon, le Timée, est consacré en grande partie à un traité sur la géométrie sacrée, sa description de l'île mythique d'Atlantis semble indiquer un usage de ce code secret et du symbolisme inhérent à l'histoire.

Les grecs avaient assigné des valeurs et des attributs à la matière, l'avaient investie d'une signification et avaient défini à l'intérieur de ce sens une relation au divin et au monde.

Un des exemples les plus classiques de la géométrie sacrée est la Kabbale, système religieux et philosophique cherchant à avoir un aperçu du divin. Kabbale est un mot hébreu qui signifie "recevant" et qui aurait été originellement "reçu" par une élite : une espèce de langage caché ou secret, seulement connu des initiés.
La Géométrie Sacrée se présente sous diverses figures géométriques reflétant les structures atomiques qui composent toute chose dans l'univers. 
Les initiés considèrent que la Géométrie sacrée permet de se connecter au reste de l’Univers tout autant que d’effectuer un cheminement initiatique, ou encore, un travail de guérison physique, émotionnel ou mental. Une fois compris par le mental et expérimenté par le cœur, ce langage favorise l’émergence d’un homme nouveau et d'un monde nouveau. 
La géométrie est un langage universel qui traverse l’espace et le temps et s’enrichit avec l’évolution humaine. Elle est mouvante, vivante, vibrante et se développe de manière constante et permanente. La géométrie sacrée est la base de toute vie sur terre et dans notre univers. Cette géométrie sacrée qui fait rayonner le Nombre d’Or et la suite de Fibonacci, va encore plus loin, elle fait briller les nombres. Ainsi les chiffres parlent d’une autre façon que celle enseignée dans nos livres d’écoles. Sous forme symbolique ils s’adressent à notre conscience, plus qu’à notre raison. Ces entrelacs de nombres relient ensemble, des concepts, des principes universels, des sources invisibles vibratoires, des enseignements hermétiques inexprimables en mots, et ces compositions formant les géométries sacrées sont lors des portes qui s’ouvre à d’extraordinaires connaissances... la magie commence quand l’âme et le cœur deviennent complices et agissent ensemble.

Présence de la Géométrie Sacrée

En architecture, en sculpture, en peinture, le nombre d’or, qui est utilisé comme un canon de la beauté, entre fréquemment dans le rapport des longueurs, des surfaces et des formes. Le nombre d’or ou divine proportion se vérifie dans les chefs d’œuvre tels que la pyramide de Chéops, le Parthénon, le dôme de Milan. Emblème de l’harmonie chez les pythagoriciens et leurs descendants spirituels, le nombre d’or gouverne les tracés régulateurs des plans des temples égyptiens, grecs et des églises gothiques. Il donne un rythme particulier aux œuvres plastiques issues du cycle méditerranéen (Égypte, Grèce, Byzance), ainsi qu’à celles de l’époque gothique et de la Renaissance.


On peut aussi l’observer sur le corps humain où on retrouve les proportions du nombre d’or.

C’est peut-être en cela, à cause de son évidente dimension vibratoire, que la géométrie sacrée semble vouloir nous communiquer ses sagesses par des moyens initiatiques. En ce sens il est essentiel de ne pas seulement les analyser mathématiquement et seulement de manière rationnelle.

http://www.rennes-le-chateau-archive.com/images/geometrie_sacree/geometrie_sacree.jpgLa géométrie sacrée nous appelle à aussi la ressentir dans notre propre corps à l’intérieur de nous même, afin de donner des « formes », des modèles, à ce qui en nous a peine à s’organiser.


Ces formes géométriques sont des modèles, des plans, qui permettent de mettre de l’ordre dans notre intérieur et dans notre esprit, en nous donnant des méthodes de classement et de rangement. Ils proposent une nouvelle « ordonnance » de nos fouillis internes. Si on est attentif à ce que l’on ressent on peut très bien percevoir quelque chose de connu et de magique, comme si nos cellules se souvenaient.

L’étude de la Géométrie Sacrée peut nous permettre de nous rappeler nos origines. Elle permet de disposer de nouveaux concept, d’ordonné notre intérieur, d’encadrer notre esprit et enfin, il s’agit d’un outil qui permet des transformations d’opérer des transformations profondes en nous. Ainsi, de nous aider à guérir sur les plans émotionnels, intellectuels ou physiques.

De plus, la géométrie sacrée nous démontre que non seulement nous ne sommes pas seuls mais que nous sommes tous inter-reliés et que nous pouvons percevoir les différents plans de conscience existants.

LE VOCABULAIRE DE LA NATURE

La Géométrie Sacrée, le langage universel de la création, l’univers tout entier est construit selon une harmonie parfaite. Les orbites des planètes autour du soleil sont structurées par des proportions et des motifs très précis.Des rapports constants apparaissent au sein de toute la création, dans les cristaux, les plantes, les animaux et le corps humain.
De nombreuses traditions autour du globe reflètent ce savoir inhérent à l’expression de la vie.

LE GRAND LIVRE DE LA NATURE

La Géométrie Sacrée est une source d'information appartenant à l'humanité que nous avons oubliée, résidant dans notre subconscient. Elle représente le langage universel de la création. Tout le cosmos est construit dans une harmonie parfaite.

Les orbites des planètes autour du soleil sont structurées selon des proportions et des motifs très précis. Des rapports constants apparaissent aussi au sein de toute création, dans les cristaux, les plantes, les animaux et le corps humain.

http://www.cercle-averroes.org/blog/wp-content/uploads/2010/02/chartres-r_p3.jpg
La Géométrie Sacrée a été enseignée, autant aux astrologues, aux mages, aux philosophes, aux théosophes, aux mathématiciens, aux architectes, aux kabbalistes, et la Géométrie Sacrée a toujours été au centre des enseignements spirituels, comme une compréhension particulière du processus de la Création qui est voilé par le mystère immuable de la Création.

Cette information ésotérique est accessible à tous, mais les codes qui permettent de la traduire a souvent été maintenue cachée, ne se transmettant que d'initié à initié au sein des sociétés secrètes.

La géométrie sacrée exprime dans les formes le développement de la vie, de la graine à la fleur, du fruit à la graine, manifestant et répétant les structures à l’infini.

http://www.universharmonie.com/_wp_generated/wp21f64fdf.pngLa géométrie sacrée consiste en des représentations extérieures contenant des informations en correspondance avec la nature, et le céleste. Ces lois « mathématiques » sont en résonance avec tout ce qui nous entoure, toutes les formes de vies et aussi les configurations astrales et l’ordre céleste.
Ces forces et ondes vibratoires homologues et en corrélations, sont des codes qui correspondent les uns aux autres et ensemble, ils représentent le code pour un portail de possibilités infinies.


Thierry Ronat


lundi 17 juillet 2017

Colloque International Stanislas de Guaita 2017





Il y a 120 ans Stanislas de Guaita


A l’occasion des 120 ans de la disparition de Stanislas de Guaita, est organisé dans une perspective historico-critique, un colloque sur une journée regroupant des universitaires et spécialistes de l’hermétisme de la fin du XIX° siècle. Ce afin d’apporter de plus amples précisions et de révéler un auteur, et acteur, incontournable de l’hermétisme fin de siècle que fût Stanislas de Guaita.

Toutes les informations sur le site :

http://colloqueguaita2017.fr/


Stanislas de Guaita
1897 – 2017
120 ans de la disparition d’un des piliers de l’ésotérisme occidental.
  

Personnage aux multiples facettes, fondateur de l’Ordre Kabbalistique de la Rose Croix, ami et proche des principaux acteurs du milieu occultiste de la fin du XIX° siècle ; Gérard Encausse dit Papus, Joséphin Péladan, Nicolas Brossel, Albert Faucheux, Paul Sédir, Chamuel etc. Stanislas de Guaita possédait en outre la plus grande bibliothèque occultiste de son époque. C’est au travers de sept interventions, par sept spécialistes, universitaires, libraire expert, que ces thèmes seront abordés et approfondis au cours de cette journée.

 Auteur méconnu, poète puis occultiste, dont le rôle fût entre autre essentiel à la Franc-Maçonnerie, via son secrétaire et ami Oswald Wirth, de par son implication au sein de l’Ordre Martiniste, membre du premier Suprême Conseil, ainsi que son fameux discours initiatique pour une réception Martiniste publié dès 1890. Nous aurons l’occasion au cours de cette journée de souligner son rôle au sein du milieu hermétiste, les résultats de ses recherches et son influence de la fin du XIX° siècle jusque nos jours.
C’est le résultat de nombreuses années de recherches qui sera présenté ici, au travers de documents et correspondances à ce jour inédits.
Les actes du colloque seront par la suite publiés, dans un ouvrage illustré à tirage limité.



 

Thierry Ronat